• Textes de mes amis

    Mes "amis" sont virtuels, malheureusement, mais j'en connais certains depuis des années sur Internet. Je les remercie de m'avoir autorisé à publier leur production.

  • Un récit que Clodinette a écrit pour moi, enfin, pour vous. Remerciez la en commentaires.


     

    Elles étaient toutes les deux servantes de Madame X…


    L'une Sophie était la bonne à tout faire et devait accomplir sans rechigner les tâches les plus ingrates. Bonne à tout faire, fille de cuisine, même, c'était la souillon de la maison. Sur sa grosse blouse bleue à carreaux, elle portait un tablier à bavette avec le lien autour du cou, qui n'était jamais vraiment propre. Sa tenue était complétée par un torchon noué sur les cheveux
    L'autre, Justine, plus ancienne dans la maison, se réservait le meilleur rôle, celui de femme de chambre de Madame. Sur sa jolie blouse rose, elle avait un coquet tablier blanc, la bavette ornée d'un peu de dentelle, les bretelles croisées dans le dos et, bien sûr, la jolie coiffe assortie. Elle devait ces avantages au fait qu'elle assistait la maîtresse de maison dans certaines de ses ablutions intimes.

    En effet Madame avait quelques problèmes au niveau de sa tuyauterie féminine et devait se pratiquer régulièrement des lavages vaginaux; c'est dans cette pratique que Justine intervenait. Pour être confortablement installée pendant ce traitement, Madame s'était fait installer une table gynécologique, avec les étriers adéquat pour être dans la bonne position, les jambes largement écartées et vulve bien ouverte à bonne hauteur pour permettre l'introduction de la canule dans le vagin.

    Évidemment le liquide injecté ressortait et n'était pas tours bien récupéré par le bassin. Et madame ne se gênait pas, bien souvent, pour se soulager et envoyer quelques bonnes giclées de pipi et même quelquefois plus! Et bien évidemment, c'était la pauvre Sophie qui était chargée de nettoyer tout, cela le pipi et quelquefois le caca...!

    Justine ne ratait jamais une occasion de faire prendre Sophie en défaut et de la faire punir.


    Quand il y avait une bêtises de faite, par exemple un objet cassé, un oubli, des salissures non nettoyées, cette bougresse de Justine s'arrangeait toujours pour faire porter le chapeau à la pauvre bonniche Sophie et la faire punir! Et, comble de perversité et de rouerie, elle proposait à la Maîtresse de procéder elle même à la punition. Son instrument préféré était une grande cuillère de bois de la cuisine. On obligeait Sophie à se poser penchée sur la grande table en bois massif de le cuisine, on retroussait sa blouse grossière sur son dos, découvrant ainsi ses cuisses charnues et ses grosses fesses nues, car elle ne portait pas de culotte, ce qui était plus pratique. Et Madame ordonnait le nombre de coups qui devaient être infligés en fonction de la gravité de la faute. Mais Justine s'arrangeait toujours pour en augmenter le nombre. Elle mettait un vieux torchon dans la bouche de sa victime pour l'empêcher de crier trop fort, un vieux torchon humide et gras, de préférences, qui avait servi à récurer les plats pendant des jours et des jours.


    La vie de Sophie était un véritable calvaire, elle était la souffre douleur de Justine qui rêvait en permanence de pouvoir un jour se venger.


    L'occasion a fini par se présenter quand, un jour, Madame leur a annoncé qu'elle devait s'absenter pendant plusieurs jours.
    Des qu'elles furent seules, Justine se mit à jouer les patronnes et prétendit se faire servir par Sophie. Elle se faisait servir et traitait sa servante occasionnelle comme une véritable esclave.
    Sophie se pliait aux exigences de Justine et fit même semblant de jouer le jeu en l'appelant "Maîtresse" et en accédant à tous ces désirs.


    Elle avait une idée derrière la tête et échafaudait un plan pour se venger.
     

    Un soir elle propose à "Madame Justine" de lui faire un bon repas et de la servir comme si elle était une vraie Dame. Elle avait quelques talents de cuisinière, et lui avait concocté quelques petits plats un peu trop salés… Sophie avait ouvert une bonne bouteille de vin, et la gourmande assoiffée but presque tout. Elle était un peu pompette et Sophie lui proposa une infusion que la fausse maîtresse ingurgita en faisant des manières de dame ridicule... et quelques minutes plus tard elle était endormie.
    Ce que Justine ne savait pas, c'est que la futée Sophie avait mis dans l'infusion du somnifère qu'elle avait subtilisé sur la table de nuit de la vraie Patronne.


    Et voilà ce qui advint…


    Profitant du lourd sommeil dans lequel était plongée Justine, la maligne Sophie, qui était costaude, déshabilla complètement sa tortionnaire et l'installe sur la table gynécologique de leur patronne. Elle lui positionna ses jambes bien écartées sur les étriers et les attaches solidement avec des sangles. Elle attacha également ses poignets aux montants de la table… et attendit le réveil de Justine.


    Imaginez la scène: la malheureuse Justine ouvre un oeil, essaye de le frotter… mais sa main ne suit pas… elle veut se relever mais son corps refuse de bouger!
    Elle s'affole… "Qu'est ce que c'est… où je suis…?"

    Puis elle réalise très vite la situation, en reconnaissant la table sur laquelle sa maîtresse s'installe pour subir des lavages intimes… Sauf que cette fois, c'est elle qui est dans cette position humiliante, avec tout son bas ventre et son entrecuisses nu et bien exposé. Sa jolie blouse rose est ouverte, son joli tablier à bavette est retroussé sur son ventre…
    Elle voit, dressée devant elle, toute souriante, Sophie triomphante.
    Elle l'injurie:
    "Détaches moi tout de suite, espèce de salope, et tu vas voir la raclée que je vais te mettre."
    Sophie réplique sur le même ton:
    " C'est toi la salope et tu es à ma merci et je vais me venger de tout ce que tu m'as fais subir."

    L'autre, prise de panique change de ton:
    "Ma petite Sophie… Je serais très gentille avec toi…"
    Mais Sophie ne l'écoute plus.
    "Madame s'est bien goinfrée au repas ce soir… Je vais l'aider à se vider…"

    Elle installé sur le support au-dessus de la table le grand bock contenant au moins trois litres de liquide. Elle fixe au bout du tuyau qui pend sous le réservoir une grosse canule destinée normalement à un lavage vaginal.

    Elle écarte encore plus les étriers pour mieux ouvrir la raie des fesses de sa victime, et bien dégager l'entrée de son anus…
    "Je vais introduire dans ton sale trou du cul cette grosse canule… et elle l'agite devant son visage. Et ensuite j'ouvrirai le robinet et le flot entrera en toi! Comme je suis gentille je vais quand même lubrifier un peu l'entrée de ton petit trou."

     
    Sophie passe, sur sa blouse et son premier tablier de souillon, un grand tablier de caoutchouc rouge, dont la bavette couvre entièrement sa poitrine, et qui descend jusqu'à ses pieds. Elle enfilé des gants en latex, et avec ses doigts, sans ménagement elle badigeonne les bords de la rosette avec de la graisse de cuisine rance, et enfonce sans ménagement deux doigts dans le trou du cul. Justine autre pousse un pauvre gémissement…
    "Non non non!!!"

    "Tais toi", ricane Sophie, sinon je te bâillonne avec un torchon."
     

    Et comme l'autre continue de se plaindre, elle lui enfonce un bout de torchon à vaisselle dans la bouche… Puis elle lui enfonce profondément dans l'anus la grande canule. Puis elle ouvre le robinet.

    Le liquide pénètre… Justine se tortille sur la table, mais les liens bien serrés la retiennent. Elle étouffé dans son bâillon, son ventre de gonfle.…Le réservoir se vide complètement.

    'La lavementeuse perverse enlève la canule et, rapidement, avant que le liquide ne ressorte, elle introduit dans l'anus un guide et pousse le tampon périodique pour boucher le trou.


    Enfin elle glisse sous les fesses de Justine une grosse couche, plus un insert, et referme le tout sur le ventre de la bougresse.

    Elle éteint la lumière, et sort de la pièce en disant:
    "Je te laisse te vider tranquillement à travers le tampon... Bonne nuit ma chérie..."

    Ainsi fut la vengeance de Sophie.


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique