• Ma nouvelle vie de soubrette Récit


    Jeudi 21 Janvier à 06:41
    Alin74

    Je suis depuis toujours un  soumis fétichiste des blouses et tabliers de femme en nylon ainsi que plus généralement de tous les vêtements féminins en satin, soie, nylon et polyamide satiné. J’adore voir les femmes les porter, mais j’aime aussi les revêtir. Il y a quelque chose de très érotique et d’envoutant dans cette matière qui à mes yeux transforme une simple femme en déesse que l’on vénère. Aussi, c’est naturellement que j’éprouve un grand intérêt pour exécuter les tâches ménagères : le ménage, la cuisine, le nettoyage des dessous, de la lingerie et le repassage… Porter une blouse de femme en nylon est une féminisation qui est l’expression d’une domination féminine à laquelle on se soumet. 

         Aussi, j’ai toujours été attiré par les femmes qui portent des blouses et tabliers en nylon. Devoir porter une blouse, être au service d’autrui, devoir faire des tâches ingrates… Mon rêve le plus fou ? Être forcée à devenir femme de ménage ou bonne à tout faire au service d’une Femme Maîtresse et être à son service et pour son plaisir, à sa disposition 24 heures sur 24. 

         Un jour il m’est venu une idée folle : passer une annonce en me faisant passer pour une femme de ménage. Il est temps pour moi de vivre ma première expérience de soumission en blouse de nylon. Pour gagner la confiance de ma future patronne et prouver ma volonté de soumis j’ai proposé un premier ménage à l’essai. En utilisant un prénom mixte (Andréa) pour me faire passer pour une femme.

         Arrivée chez Mademoiselle Marina 

         Ainsi, je reçois rapidement une réponse d’une jeune femme, Mademoiselle Marina, qui va devenir, par la suite, ma première Maîtresse. Elle me donne RDV le lendemain chez elle pour un premier ménage. Je réalise alors qu’il ne s’agit pas d’un simple fantasme et que les choses sont sérieuses. 

         Le jour dit, je me mets en route vers le domicile de ma future Maîtresse. Ma tenue ne laisse aucun doute sur mon gout pour le nylon et la féminisation. Dessous : petite culotte et soutien-gorge en satin noir, porte-jarretelles et bas opaque noirs en nylon. Dessus : robe de soubrette en satin noir mi longue, manches longues resserrées aux poignets par un ruban en satin blanc, assortie d’un tablier blanc en nylon. Je chausse des bottines noires en cuir avec talons compensés, je suis coiffée d’une perruque brune mi longue, et par-dessus ma robe, j’ai enfilé pour sortir une longue doudoune en nylon matelassé, qui descend jusqu’aux chevilles, fermée sur le devant par une longue glissière. Je suis habillée avec des vêtements qui me procurent un grand plaisir, car ils sont féminins, soyeux et doux au toucher. J’emporte aussi dans un sac ma blouse de femme de ménage en nylon bleu ciel à manches longues et boutonnage latéral très pratique pour les tâches les plus salissantes.

          J’arrive chez Mademoiselle Marina, et en parcourant les derniers mètres qui mènent au perron, le doute s’installe en moi. Pourquoi est-ce que je prends du temps pour venir gratuitement faire le ménage dans cette tenue ? J’ai honte de ma condition d’homme travesti mais j’ai aussi un grand plaisir intérieur à transgresser mon identité sexuelle. Il n’est encore pas trop tard pour rebrousser chemin. Mais rapidement je ressens cette force qui m’attire vers la porte. Je réalise alors que toute résistance est inutile et que ma seule issue est de me soumettre à celle qui se trouve derrière cette porte. C’est là mon destin, d’homme soumis fétichiste, être une femme de ménage soumise et ouverte à tous les caprices d’une Maîtresse Femme.




    Vous devez être membre pour poster un message.